Fédération des professeurs de Géographie de Belgique Francophone
|
S'ABONNER
|
Logo Fegepro
|

Le dictionnaire de la géographie

A  B C D E É È Ê F G H I Î J K L M N O Œ P Q R S T U V W X Y Z
Il y a 283 définitions dans ce répertoire commençant par la lettre É.
ébène
nom donné à des bois noirs et durs d’Afrique équatoriale.

éboulement
descente soudaine avec fragmentation d’une masse de matériaux le long d’un versant à forte pente.

éboulis (nm)
accumulation de blocs ou de cailloux mise en place par gravité au pied d’un escarpement rocheux ou d’une corniche.

écart de température, amplitude thermique
voir amplitude thermique.

écart-type
racine carrée de la moyenne arithmétique des écarts par rapport à la moyenne. il permet de mesurer la dispersion d’éléments par rapport à la moyenne.

écart, hameau
petit groupe d’habitations rurales isolé de la localité principale dont il dépend administrativement.

échange
interaction entre deux acteurs avec transfert de matériel, d’objets…

échange de population
changement de personnes contre d’autres personnes. Ces échanges ont eu lieu sur une grande échelle notamment lors de la partition de l’Inde en 1947.

échanges commerciaux
relations commerciales entre pays ou régions.

échanges croisés 
partie du commerce international composée d’échanges de produits de même nature entre pays ayant des niveaux de développement similaires, par exemple les pays du Nord échangent surtout entre eux des produits manufacturés.

échangeur
ensemble de routes qui permet de passer d’une autoroute à une autre autoroute ou à une route de grande circulation.

échantillonnage
procédé qui consiste, à défaut d’une analyse exhaustive, à concentrer l’étude sur une partie de l’espace, une fraction de la population ou de matériaux. L’échantillonnage constitue la base de l’enquête par sondage.

échelle altimétrique
graphique indiquant par des teintes ou un dessin l’intervalle compris entre les courbes de niveau choisies pour la carte.

échelle cartographique, échelle d’une carte
- rapport entre des dimensions dans la réalité (par exemple sur le terrain) et leurs représentations sur la carte. L’échelle peut être linéaire ou numérique : l’échelle linéaire du graphique est une ligne divisée en différentes parties pour mesurer une distance sur une carte et l’échelle numérique est une fraction indiquant le rapport existant entre la mesure sur la carte et la distance réelle. L’échelle est d’autant plus petite que le dénominateur est grand ; - par extension, comparaison avec un fait géographique, par exemple à l’échelle du monde.

échelle d’étiage, échelle limnimétrique
échelle permettant de mesurer la hauteur de l’eau dans un cours d’eau au-dessus de l’étiage.

échelle d’intensité
mesure utilisée en sismologie pour classer les tremblements de terre en utilisant des données macrosismiques et caractérisant la nature et l’importance des dégâts causés, la valeur de l’intensité décroissant avec la distance à l’épicentre.

échelle d’une carte, échelle cartographique
voir échelle cartographique.

échelle de Beaufort
voir Beaufort (échelle de -).

échelle de Medvedev-Sponheuer-Karnik ou échelle MSK 
échelle graduée de 1 à 12. Elle permet de mesurer l'intensité d'un séisme. C'est une échelle basée sur des éléments qualitatifs, ressentis ou visibles par l'homme. Le degré 1 correspond à une secousse détectée uniquement par les instruments, le degré 12 caractérise une catastrophe. À partir de 8, les dégâts matériels sont importants En 1964, elle a remplacé l'échelle de Mercalli. En 1998, l'échelle MSK a été intégrée dans l'échelle macrosismique européenne.

échelle de Mercalli
échelle cotée de 1 à 12 caractérisant l’intensité d’un séisme qui se fonde sur l'observation des effets et des conséquences du séisme en un lieu donné.

échelle de Mohs
échelle de dureté cotée de 1 à 10 utilisée pour classer les éléments minéraux en les comparant à divers minéraux.

échelle de Richter
ancienne mesure de la magnitude créée par Charles Francis Richter en 1935 pour la Californie et ne pouvant mesurer que les séismes superficiels et d’une magnitude inférieure à 6. Elle correspond au logarithme de la mesure de l'amplitude des ondes de volume à 100 kilomètres de l'épicentre.

échelle des accidents nucléaires (en anglais : International nuclear and radiological Events Scale (INES))
échelle mise en place par l'Agence internationale de l'énergie atomique pour qualifier la gravité d'un évènement lié au nucléaire. Graduée selon 8 niveaux (de 0 à 7), elle se base sur des critères objectifs et subjectifs pour caractériser un évènement. [Les accidents à proprement parler (4 et plus sur l’échelle) sont principalement ceux qui ont une incidence en dehors du site, exposant le public à une contamination radiologique alors qu’un accident nucléaire est qualifié d'incident nucléaire si sa gravité et ses conséquences sur les populations et l'environnement sont jugées très faibles.

échelle limnimétrique, échelle d’étiage
voir échelle d’étiage.

échelle MSK, échelle de Medvedev-Sponheuer-Karnik
voir échelle de Medvedev-Sponheuer-Karnik.

échelle stratigraphique
représentation, sur une verticale, de la succession des couches, les plus anciennes étant placées à la base, avec indication de leur nature.

échiquier (plan en -), plan en damier, plan orthogonal, quadrillage
voir damier (plan en -).

échoppe (nf)
petite boutique.

échosondage
utilisation des ondes sonores dans le but de mesurer la profondeur des mers et des océans.

éclair (nm)
ensemble des manifestations lumineuses provoquées par les décharges électriques au cours d’un orage. Le terme éclair désigne les manifestations lumineuses de la foudre alors que le terme tonnerre désigne le bruit qui les accompagne.

éclaircie (nf)
- diminution de la nébulosité lorsque celle-ci est forte ; - moment où cette diminution se produit ;- coupe qui consiste à enlever çà et là quelques arbres dans des massifs aux arbres trop serrés.

éclatement (point d’-)
point où un véhicule ou son chargement se décompose en plusieurs éléments ayant des destinations différentes, par exemple un port ou une gare.

éclimètre
instrument topographique servant à mesurer des pentes.

éclipse
disparition totale ou partielle d’un astre, par l’interposition d’un autre astre.

écliptique (plan de l’-)
plan dans lequel se déplace la Terre autour du Soleil. Par rapport à ce plan, le cercle équatorial forme un angle de 23° 27’.

écluse
ouvrage muni d’une ou de plusieurs portes et vannes, établi sur une rivière ou un canal pour retenir ou lâcher les eaux et permettre le passage des bateaux d’un plan d’eau à un autre (d’un bief à l’autre).

éco-industrie 
industrie qui propose des produits ou des prestations ayant pour objet d'améliorer ou de protéger l'environnement.

éco-urbanisme, urbanisme écologique 
forme d’urbanisme respectueuse de l’environnement grâce à la limitation des transports motorisés, l’utilisation de nouvelles méthodes de construction… afin de fournir à la population une meilleure qualité de vie.

écobénéfice 
conséquence avantageuse pour l'environnement d'une mesure, d'un dispositif ou d'un service à caractère économique ou social.

écobuage
action d’arracher d’un terrain les herbes qui le recouvrent, de les brûler en tas avec la couche superficielle de terre et de répandre les cendres sur le sol.

Écocertification 
procédure qui garantit qu'un produit ou un procédé de fabrication prend en compte la protection de l'environnement.

écocité, ville durable
ville ou unité urbaine aménagée et gérée selon des objectifs et des pratiques de développement durable sur des problématiques aussi vastes que la qualité de l'air, la gestion de l'énergie, de l'eau et des déchets, mais aussi les transports et les aspects sociaux (mixité sociale) et économiques.

écocombi 
super-camion d'environ 25 mètres pouvant transporter jusqu'à 60 tonnes. Il peut comprendre une ou deux semi-remorques mais est interdit sur certaines routes et dans certains pays.

écoconception 
conception d'un produit, d'un bien ou d'un service, qui prend en compte ses effets négatifs sur l'environnement au cours de son cycle de vie afin de réduire ces effets tout en s'efforçant de préserver ses qualités ou ses performances.

écocondition 
clause subordonnant au respect d'un ou de plusieurs critères environnementaux l'octroi d'une autorisation ou d'une aide financière à une entreprise ou à un organisme.

écoconformité 
adéquation d'une activité, d'un projet ou de leurs conséquences au respect d'une écocondition ou d'une réglementation environnementale.

écodéveloppement, développement durable (en anglais : sustainable development) 
voir développement durable.

écogenèse
processus par lequel des groupes humains produisent du territoire en donnant du sens à leur environnement.

écologie
étude des êtres vivants en fonction du milieu naturel où ils vivent, c’est-à-dire de facteurs physico-chimiques du sol, du climat, de la topographie des stations et de la concurrence animale et végétale.

écologie du paysage 
analyse des interactions entre l’organisation de l’espace et les processus écologiques.

écologie humaine
branche de l’écologie qui traite des problèmes des êtres humains qui, en constant changement, s’adaptent à un environnement lui-même en transformation.

écologie industrielle et territoriale interentreprises à l’échelle d’un territoire, économie circulaire
organisation d'activités économiques et sociales recourant à des modes de production, de consommation et d'échange fondés sur l'écoconception, la réparation, le réemploi et le recyclage et visant à diminuer les ressources utilisées et les dommages causés à l'environnement (les déchets des uns sont les ressources des autres).

écologie intégrale, écologie profonde 
en opposition à l’écologie superficielle qui protège la faune et la flore. ce courant défend une position écocentrée qui accorde à la nature une place centrale. Le principe de base est l'égalité entre les espèces.

écologie médicale 
analyse des interactions entre l’homme, son environnement et leur implication en termes de santé.

écologie mésologique, mésologie
étude des conditions du milieu. Elle tend à établir les quantités d’énergie et de matières premières apportées par le milieu extérieur au contact de l’organisme et mises ainsi à sa disposition.

écologie profonde, écologie intégrale 
voir écologie intégrale.

écologie urbaine
branche de l’écologie qui traite des interactions entre la ville, considérée comme un écosystème, la nature qui y prend place et la société qui l’habite.

écomobilité, mobilité durable, mobilité soutenable
étude et mise en place, généralement en milieu urbain, de modes de transport peu polluants et à faible impact sur l’environnement. Dans les faits, cela consiste à réduire autant que possible l’emprise du trafic routier, aussi bien de personnes que de marchandises, et à reporter ce trafic vers des modes ou moyens de transport moins polluants. L’écomobilité est considérée comme un élément important d’une approche globale du développement durable.

économat
magasin de détail annexé à un établissement ou à une administration.

économétrie
branche des sciences économiques visant à mesurer quantitativement la réalité et la forme des structures et des liaisons d’ordre économique.

économie 
- discipline qui étudie l'économie comme activité humaine ; - ensemble des activités agricoles, industrielles, commerciales, financières... d’un pays, d’une région.

économie agricole, économie commerciale et économie industrielle
branches de l’économie politique consacrées aux problèmes propres à l’agriculture, au commerce et à l’industrie.

économie au noir, économie de l’ombre, économie informelle, économie souterraine 
vaste secteur de la production de biens et de services, peu structuré, fonctionnant dans l’illégalité, difficilement quantifiable et qui échappe aux statistiques officielles.

économie autonome 
économie à l’origine de productions qui ne sont pas nécessairement commercialisées mais qui témoignent d’une sociabilité de famille ou de voisinage (jardin, travail domestique…).

économie circulaire
système consistant à produire des biens et des services de manière durable en limitant la consommation et le gaspillage des ressources et la production des déchets. Ce modèle repose sur la création de boucles de valeur positives à chaque utilisation ou réutilisation de la matière ou du produit avant destruction finale. Il met notamment l’accent sur de nouveaux modes de conception, production et consommation, le prolongement de la durée d’usage des produits, l’usage plutôt que la possession de bien, la réutilisation et le recyclage des composants.

économie circulaire, écologie industrielle et territoriale interentreprises à l’échelle d’un territoire 
voir écologie industrielle et territoriale interentreprises à l’échelle d’un territoire.

économie communiste 
système économique géré par l'Etat reposant sur la propriété publique des moyens de production et d'échanges et sur la planification.

économie d’agglomération
avantages économiques de la concentration urbaine (par exemple, recrutement plus aisé de travailleurs qualifiés) mais qui ont parfois des contreparties (déséconnomies urbaines) telles que les phénomènes de congestion, de pollution…

économie d’échelle
abaissement du coût de production moyen par l’augmentation du volume de la production et par le progrès technique.

économie de l’ombre, économie au noir, économie souterraine, secteur informel 
voir économie au noir.

économie de la connaissance 
nouvelle phase de l'histoire économique dans laquelle, selon certains économistes, nous sommes entrés depuis 1990, l’économie étant davantage basée sur le savoir et l’innovation.

économie de la fonctionnalité, économie fonctionnelle 
économie qui favorise l’usage à la possession pour vendre des services liés aux produits plutôt que les produits eux-mêmes (par exemple louer une voiture pour l’utiliser quand on en a besoin plutôt que l’acheter).

économie de la santé 
- domaine des sciences économiques consacré à l'étude de la santé ; - application aux domaines médical et sociosanitaire des concepts et des méthodes de l’économie, comme l’évaluation du coût de la santé, son incidence sur le budget de l’Etat et sur la politique sociale.

économie de marché
système économique dans lequel les activités de production et de distribution sont assurées par des entreprises mises en concurrence.

économie de production
économie basée sur une activité qui crée de la richesse par la production de biens et éventuellement par des exportations.

économie destructrice
exploitation des ressources naturelles sans période de reconstitution et aboutissant à l’anéantissement de ces ressources.

économie dirigée
système économique dans lequel l’orientation est organisée par les pouvoirs publics à la faveur de mesures de politique générale notamment dans le domaine de la fiscalité.

économie domestique, économie privée
production, distribution, échange et consommation de biens et de services au sein de la sphère privée (ménages, familles).

économie dominante 
économie qui, en raison de ses activités, de son pouvoir de négociation, a tendance à exercer une influence sur le reste du monde.

économie duale 
économie dans laquelle coexiste un secteur traditionnel à côté d’un secteur moderne ou encore où se maintient un important secteur informel.

économie extravertie
économie intégrée au marché international parfois par le biais de firmes multinationales.

économie financière
étude des phénomènes des finances publiques non sous leurs aspects juridiques mais dans leurs conséquences économiques.

économie fonctionnelle, économie de la fonctionnalité 
voir économie fonctionnelle.

économie formelle 
ensemble des activités d’une collectivité qui produit, échange, vend des biens de manière légale et réglementée.

économie informelle, économie au noir, économie de l’ombre, économie souterraine 
voir économie au noir.

économie mixte
système permettant de réaliser au sein de certaines entreprises une collaboration entre les collectivités publiques et l’initiative privée.

économie planifiée
système économique organisé par le pouvoir central éventuellement avec l’aide du privé selon des plans et avec des objectifs à atteindre échelonnés dans le temps.

économie politique 
domaine des sciences économiques qui étudie les possibilités d’action des Etats ou des collectivités sur l’économie.

économie postindustrielle 
système économique dans lequel le développement économique et social dépend plus des services (secteur tertiaire) que des industries (secteur secondaire).

économie présentielle, économie résidentielle
économie reposant sur la population réellement présente sur un territoire (habitants et aussi touristes résidents) et qui produit et consomme.

économie privée, économie domestique
voir économie domestique.

économie résidentielle, économie présentielle
voir économie présentielle.

économie rurale
branche de l’économie ayant pour objet la production, la distribution et la consommation des biens et services dans l’espace rural.

économie sociale 
résultat d’initiatives multiples d’acteurs qui reposent sur des principes d’utilité sociale, de solidarité… Ces acteurs peuvent prendre différentes formes : associations, coopératives, fondations, mutuelles.

économie souterraine, économie au noir, économie de l’ombre, économie informelle
voir économie au noir.

économie spatiale
discipline intégrant l’espace géographique dans l’analyse économique.

économie urbaine
branche de l’économie s’intéressant à la ville en tant qu’ensemble sur le plan de la localisation des activités et de la rente foncière.

économie verte, croissance verte 
voir croissance verte.

économie-monde
association de régions diverses du monde à travers le commerce maritime fonctionnant économiquement de façon autonome dans une logique de complémentarité, voire de division internationale du travail.

économies externes
économies dues à des unités économiques autres que l’unité considérée.

économies internes
économies provoquées au sein d’unités économiques considérées.

écoparc, écozone
zone d’activités économiques pour laquelle les entreprises se mettent d’accord pour mettre au point ensemble des méthodes de production industrielle dont l’impact sur l’environnement est très réduit.

écoquartier, quartier durable, quartier vert
quartier dont l’urbanisme et le fonctionnement sont pensés en vue de répondre aux objectifs du développement durable.

écorce terrestre, croûte terrestre
voir croûte terrestre.

écosystème 
ensemble structuré englobant une communauté vivante (biocénose) et l’environnement physico-chimique dans lequel elle vit (biotope). Une haie, un lac peuvent être considérés comme des écosystèmes.

écotaxe 
taxe fiscale sur les sources de pollution et sur l’exploitation des ressources naturelles non renouvelables.

écotechnologie 
ensemble des procédés industriels qui visent à prévenir ou à réduire les effets négatifs sur l'environnement des activités humaines et des produits à chaque stade de leur cycle de vie.

écotone
zone de transition écologique entre deux écosystèmes, par exemple le passage de la savane à la forêt.

écotourisme, tourisme vert
forme de tourisme respectueuse de l’environnement.

écotoxicologie 
branche de la toxicologie qui étudie les effets directs et indirects des polluants sur l'environnement.

écotype 
ensemble des caractères distinctifs d'une population géographiquement localisée d'une même espèce animale ou végétale et qui résultent de la sélection naturelle liée aux facteurs du milieu.

écoulement
mode de déplacement des eaux s’opposant à la stagnation mais aussi au ruissellement et à l’infiltration. L’écoulement peut être plus ou moins ramifié, concentré ou se faire en nappe en une pellicule continue sur une pente en la recouvrant, par exemple dans les régions arides.

écoulement (déficit d’-), indice d’évaporation
voir déficit d’écoulement.

écoumène, oekoumène (nm)
partie habitée du globe terrestre.

écozone, écoparc
voir écoparc.

écrémage
- manière d’exploiter une mine uniquement de façon à en extraire les parties les plus riches ; - absorption du trafic de meilleure qualité ou de plus grand rendement économique par un moyen de transport.

écueil, récif (nm)
rocher à fleur d’eau au voisinage des côtes.

écume
agglomérat de bulles d’air à la surface de la mer quand la crête de la vague est en porte-à-faux.

écurie (nf)
endroit où sont logés les chevaux, les ânes et les mulets.

édaphisme
ensemble de conditions physiques et chimiques réunies qui présentent une influence sur la répartition des êtres vivants, en lien avec des facteurs climatiques et biotiques.

édicule
petite construction construite sur l’espace public, généralement un kiosque ou des toilettes.

édifice
ouvrage architectural d’une certaine importance.

édifice du culte 
bâtiment dans lequel sont pratiqués les offices religieux, par exemple une église, une mosquée, une synagogue ou un temple.

éducation 
action de faire acquérir par les enfants ou par d’autres personnes des connaissances, des valeurs, des méthodes et des pratiques dans le but de les préparer à leur vie d'adulte.

éducation (accès à l’-)
voir accès à l’éducation.

égout
conduite souterraine destinée à collecter les eaux usées.

élaeis
nom générique du palmier à huile des régions intertropicales et des espèces voisines.

élargissement 
dans le cas d’une fédération d’Etats, adhésion de nouveaux Etats, par exemple à l’Union européenne

électricité
nom donné à une forme d’énergie associée à des charges électriques au repos ou en mouvement.

électrification
installation de la force électrique dans une exploitation, une région, par exemple pour la traction des trains.

électrochimie
fabrication ou transformation de produits chimiques par l’énergie électrique.

électrométallurgie
fabrication ou traitement des métaux par l’utilisation de l’électricité.

électronique 
technique fondée sur l’emploi de dispositifs comportant l’utilisation des variations de grandeurs électriques pour capter, transmettre et exploiter l’information.

élément du climat
composante du climat comme la température, la pression, le vent et les précipitations.

élément du paysage
composante du paysage.

éléphant 
mammifère ongulé. il est le plus gros animal terrestre actuel et ses incisives supérieures allongées en défenses fournissent l’ivoire.

élevage
activité agricole ayant pour but la production, la formation, l’entretien et l’engraissement des animaux. On distingue l’élevage extensif (système peu productif pratiqué sur de vastes étendues) et l’élevage intensif (système cherchant à obtenir une production massive sur des espaces restreints). On parle également d’élevage bovin (bœufs, vaches et veaux), d’élevage ovin (brebis et moutons), d’élevage porcin…

élevage hors sol, élevage sans sol
forme d’élevage intensif sans pâturage orienté vers la production de viande ou d’œufs dans les étables.

élevage industriel
forme d’élevage intensif pratiquée dans des conditions proches de celles d‘un produit industriel. Cette forme d’élevage concerne surtout l’élevage de petits animaux (poulets et porcs).

élevage sans sol, élevage hors sol
voir élevage hors sol.

élévation du niveau de la mer
phénomène enclenché au cours du XXᵉ siècle et résultant du réchauffement climatique; le niveau moyen des océans a augmenté de 20 cm entre 1901 et 2018, et le rythme s'accélère, s'établissant, vers 2020, à plus de 3,5 mm par an.

élévation, dénivelée, dénivellation
voir dénivelée.

éleveur
personne qui pratique l’élevage.

élongation
différence entre les longitudes du Soleil et d’une planète.

éluvion, éluvium
ensemble des fragments de roche désagrégée par les agents atmosphériques qui sont restés sur place ou ont roulé sur les pentes à faible distance par opposition à l’alluvion, qui a été transportée et chassée par l’eau sur de grandes distances.

émanation thermale (en islandais : geyser)
source thermale jaillissante.

émanation volcanique, fumerolle
gaz et vapeur émis par les volcans au voisinage du cratère, à l’ouverture des crevasses ou à la surface des coulées de lave d’un volcan.

émergence
sortie des eaux de la nappe phréatique sur un versant ou au fond d’une vallée.

émergent (pays -) 
pays dont le PIB/habitant connaît une croissance économique élevée et qui offre des opportunités pour les investisseurs. En fait, ce groupe de pays fluctue selon les critères (pas seulement industriels) et selon les années.

émersion
- action, état d’un corps qui sort de mer, par exemple les côtes d’émersion (antonyme : côtes de submersion) ; - réapparition d’un astre éclipsé.

émigrant
personne qui quitte son pays, sa région pour aller se fixer dans un autre pays, une autre région.

émigration
mouvement de population exprimant un départ pour un autre pays ou une autre région dans l’intention de s’y fixer. L’émigration fait passer l’émigrant du statut de citoyen d’un Etat à celui d’étranger dans un autre Etat.

émigration massive, exode 
départ d’une part importante de la population hors de son territoire.

émigration nette 
mouvement de la population dans lequel le nombre d’émigrés dépasse le nombre d’immigrés.

émigré
personne qui a quitté son pays, sa région pour se fixer dans un autre pays, une autre région.

éminence (nf)
élévation d’un terrain.

émissaire (nm)
cours d’eau qui évacue les eaux d’un lac ou d’une langue de glace issue d’une calotte glaciaire.

énergie
- force en action c’est-à-dire apport nécessaire à un système pour lui faire subir une transformation. L’énergie produit un travail mécanique, de l’électricité ou de la chaleur ; - faculté que possède un corps de produire un travail.

énergie atomique, énergie nucléaire
énergie produite par la fission ou la fusion de l’atome.

énergie de la mer, énergie marine
ensemble des énergies renouvelables extraites ou pouvant l'être du milieu marin, par exemple l’éolien offshore, l’énergie marémotrice, l’énergie thermique des mers.

énergie douce
énergie n’entraînant pas de détérioration de l’environnement, par exemple l’énergie éolienne.

énergie électrique
énergie produisant de l’électricité à partir d’une source d’énergie, le plus généralement thermique, hydraulique ou nucléaire.

énergie éolienne
énergie produite par l’action du vent, sur terre (éolien ‘’onshore’’) ou en mer (éolien ‘’offshore’’).

énergie finale 
énergie livrée aux consommateurs.

énergie géothermique
énergie produite par l’eau et la vapeur d’eau de l’intérieur du globe terrestre portées à des températures élevées.

énergie grise
énergie consommée pour la fabrication, le transport, l’utilisation et le recyclage d’un produit.

énergie houlomotrice 
énergie produite par le mouvement des vagues.

énergie hydraulique
énergie produite par le mouvement de l'eau, sous toutes ses formes : chutes d’eau, cours d’eau, courants marins (énergie hydrolienne), marées (énergie marémotrice), vagues (énergie houlomotrice).

énergie hydroélectrique (hydroélectricité)
énergie électrique renouvelable issue de la conversion de l’énergie hydraulique en électricité. la houille blanche désigne l’utilisation de l’énergie produite par les chutes d’eau ou les cascades

énergie hydrolienne
énergie exploitant les courants marins.

énergie marémotrice
énergie fournie par la force motrice des marées

énergie marine, énergie de la mer 
voir énergie de la mer.

énergie nucléaire, énergie atomique
voir énergie atomique.

énergie osmotique 
énergie basée sur les différences de salinité des eaux douces et salées.

énergie primaire
énergie issue directement de la nature (eau, charbon, gaz...).

énergie renouvelable
énergie produite par des ressources naturelles dont la consommation ne diminue pas parce qu’elle fait appel à des sources inépuisables (biomasse, énergie solaire, force du vent...) à l’échelle des temps humains.

énergie secondaire
énergie primaire qui a subi une transformation, par exemple l’électricité produite à partir du charbon. Par convention, l’électricité d’origine nucléaire et celle issue des énergies renouvelables sont dites primaires.

énergie solaire
énergie du soleil : elle permet de chauffer de l'eau (solaire thermique) ou de produire de l'électricité (solaire photovoltaïque).

énergie thermique des mers 
énergie exploitant les gradients de température entre les eaux de surface et les eaux profondes.

énergie utile 
énergie réellement utilisée pour satisfaire un besoin énergétique, par exemple se chauffer ou se déplacer.

énergie verte
énergie obtenue à partir des énergies renouvelables : biomasse, énergie éolienne, énergie solaire…

énergies fossiles 
correspondent aux combustibles fossiles (composés de carbone), soit les hydrocarbures et les charbons

éocène
première partie de l’ère tertiaire.

éodévonien
partie inférieure du système dévonien (terme principalement utilisé en Belgique).

éoenvironnement 
étude spatiale de l’impact des phénomènes environnementaux comportant des risques comme les aléas climatiques et la pollution.

éolienne
pylône surmonté de dispositifs qui transforment l’énergie cinétique du vent en énergie mécanique laquelle est ensuite transformée en énergie électrique.

épandage
- action qui consiste à épandre un produit dans un champ, généralement avec régularité, soit à la surface du sol, soit sur une culture ; - étalement en nappe des eaux courantes, notamment au pied des reliefs.

épandage (champ d’-)
terrain servant à filtrer et à épurer les eaux d’égout qui y sont déversées.

épargne 
argent mis en réserve.

épaulement
sorte de palier en pente douce en avant des hauts sommets.

épeautre
nom sous lequel on désigne dans les campagnes une variété de blé vêtu, c’est-à-dire dont les grains sont fortement adhérents à l’enveloppe et à épillets très lâches.

épeirogenèse, épeirogénie, épirogenèse, épirogénie
mouvement à grand rayon de courbure affectant, à l’échelle géologique, une partie plus ou moins vaste de l’écorce terrestre et entraînant son élévation ou son abaissement.

éperon rocheux
saillie d’un contrefort d’un massif montagneux ou d’une colline.

éphémère
plante des régions arides à cycle biologique très court (8 jours à 3 mois) qui passe la période sèche à l’état de diaspores et qui se développe immédiatement à l’issue d’une averse.

épi (nm)
- partie émergée d’un cordon littoral (flèche) ; - partie terminale de la tige du blé et de toutes les graminées en général, et qui porte autour d’un axe les graines de la plante ; - construction perpendiculaire ou oblique au rivage ou à la rive d’un cours d’eau afin de provoquer une sédimentation ou d’écarter le courant.

épice
substance aromatique utilisée pour l’assaisonnement d’un plat, par exemple la cannelle, le gingembre, la noix de muscade et le poivre.

épicéa (nm)
genre de conifères voisin des sapins. On trouve l’épicéa généralement plus au nord que le sapin : on en retire de la résine. Le bois est surtout utilisé en menuiserie et dans la fabrication de la pâte à papier.

épicentre
point de la surface du globe où un séisme paraît avoir pris naissance.

épidémie
maladie contagieuse qui frappe tout à coup un grand nombre d’individus d’une même localité, d’une même région.

épidémiologie
étude des maladies sous l’angle de leur fréquence, de leur répartition dans la société et des facteurs qui les influencent.

épiderme
surface, couche superficielle et extérieure de la Terre.

épigénie
enfoncement sur place de cours d’eau assez important non affecté par les différences de structure du sous-sol. Le tracé ne varie pas et seules les formes abruptes des versants signalent la percée épigénique. On dit qu’il y a surimposition quand le sol reste stable et antécédence quand le sol s’exhausse lentement.

épiphyte
se dit d’un végétal fixé sur un autre mais non parasite. Beaucoup d’orchidées sont des plantes épiphytes. Les plantes épiphytes (fougères, orchidacées...) peuvent se développer sans aucun contact avec le sol.

épirogenèse, épirogénie, épeirogenèse, épeirogénie
voir épeirogenèse.

épistémologie
étude critique des sciences afin d’en déterminer l’origine logique, la valeur et la portée.

épizone
zone superficielle de l’écorce terrestre où se produit un métamorphisme à température modérée.

épizootie 
maladie qui frappe un grand nombre d’animaux sur un territoire donné.

épuration des eaux
ensemble de techniques qui consistent à purifier l'eau soit pour réutiliser ou recycler les eaux usées dans le milieu naturel, soit pour transformer les eaux naturelles en eau potable.

équateur céleste
intersection du plan de l’équateur terrestre avec la sphère céleste.

équateur géographique, équateur
voir équateur.

équateur météorologique, équateur thermique
zone à la surface de la Terre dont la position oscille au cours de l’année autour de l’équateur géographique (0° de latitude) et qui est située à la convergence des vents alizés de l’hémisphère Nord et de l’hémisphère Sud.

équateur, équateur géographique
périmètre du grand cercle terrestre imaginaire dont tous les points sont à égale distance des pôles et qui partage la Terre en deux hémisphères : c’est le parallèle de latitude 0° à la surface de la Terre.

équidé
mammifère ongulé à un seul doigt par patte et dont la famille comprend l’âne, le cheval, le zèbre...

équidistance, intervalle
distance verticale qui sépare deux niveaux de terrain ou deux courbes de niveau.

équilibre écologique 
situation d’équilibre d’un système écologique entre les êtres vivants et leur milieu.

équilibre géomorphologique
état d’un cours d’eau correspondant à l’état de maturité avancée du relief et caractérisé par de très lentes modifications du profil des talwegs et des versants.

équilibre morphoclimatique
état d’adaptation du modelé aux conditions bioclimatiques du moment.

équinoxe
- moment de l’année où la nuit a la même durée que le jour : le 21 mars et le 23 septembre ; - point d’intersection de l’écliptique avec l’équateur céleste (point vernal).

équipement
ensemble des services, des installations d’une localité, d’une région, d’un pays.

équipement collectif
installations qui servent à l’ensemble de la population : établissements culturels, scolaires, routes...

équipementier 
entreprise qui fournit des composants ou des outils pour une autre industrie qui produit des biens de consommation (par exemple équipementier pour l’industrie automobile).

équiplanation
aplanissement du relief par érosion des parties saillantes et comblement des parties en creux sous l’effet des processus dits périglaciaires.

équité territoriale 
référence à la dimension spatiale de la justice sociale, celle-ci devant procurer à chacun les mêmes conditions d’accès aux biens et aux services.

équivalent 20 pieds (EVP) (en anglais : twenty equivalent unit (TEU))
unité de mesure utilisée dans la conteneurisation. elle équivaut à un conteneur standardisé de 20 pieds de longueur.

érosion
- destruction du relief par différents agents externes ; - ensemble des actions de destruction, transport et accumulation de matériaux.

érosion (système d’-)
combinaison des divers processus de fragmentation et de transport qui permettent l’ablation de la roche en place sous l’effet des actions externes.

érosion anthropique, morphogenèse anthropique
ablation accélérée du sol due essentiellement à l’action de l’homme.

érosion aréolaire, érosion latérale
forme d’érosion qui agit sur l’ensemble d’une surface étendue et qui entraîne le recul des versants d’une vallée.

érosion bioclimatique 
forme d’érosion due à l’action conjuguée des éléments climatiques et biologiques dans un même milieu.

érosion chimique
forme d’érosion déterminée par des processus qui modifient la nature chimique ou physico-chimique des roches.

érosion différentielle
forme d’érosion qui met en valeur les différences de dureté des roches et sculpte le relief en dégageant les couches dures.

érosion latérale, érosion aréolaire
voir érosion aréolaire.

érosion linéaire
forme d’érosion qui s’effectue sous l’effet du ruissellement concentré le long des axes de drainage.

érosion littorale
perte graduelle de matériaux qui entraîne le recul de la côte et l’abaissement des plages ; les principaux facteurs en jeu dans le processus d’érosion sont les vagues, les courants marins, les glaces, les précipitations et le vent.

érosion mécanique
forme d’érosion due à des différences de température et qui ne modifie pas la composition chimique ou l’état des roches et de leurs constituants.

érosion normale
notion théorique développée par W.M. Davis selon laquelle le relief évolue en pénéplanation après le déroulement du cycle d’érosion. Son domaine concerne les régions de climat tempéré. D’autres systèmes d’érosion sont répandus sous d’autres climats, aussi l’expression d’érosion normale est de plus en plus abandonnée.

érosion régressive, érosion remontante
forme d’érosion progressant vers l’amont à partir du niveau de base à la suite des entailles de l’érosion verticale.

érosion verticale
forme d’érosion qui entraîne l’approfondissement du lit des cours d’eau.

éruption effusive
éruption volcanique caractérisée par une émission d'une lave particulièrement liquide (température de 1.200 °C) qui s'écoule en majeure partie à la surface du volcan en activité; elle forme des coulées de lave dont la vitesse et la distance d'écoulement dépendent de la viscosité du magma, de la pente de l'édifice volcanique et du taux d'effusivité (donc de la quantité de roche en fusion émise par unité de temps).

éruption explosive
éruption volcanique caractérisée par une brusque libération de jets de gaz emportant des morceaux de lave riches en bulles; La lave émise est plus visqueuse que lors des éruptions effusives, car elle est plus riche en silice

éruption volcanique
émission violente d’un volcan avec sortie soudaine et bruyante de matériaux. Les éruptions volcaniques peuvent être de divers types : hawaïenne (activité caractérisée par une émission énorme de basaltes incandescents très fluides et localisée à l’intérieur ou aux alentours d’un cratère central), péléenne (éruption caractérisée par des explosions et des montées de lave presque solide à refroidissement rapide, donnant des dômes) ou plinienne (éruption de violence extrême s’accompagnant de la projection de masses très importantes de débris).

étable (nf)
dans une ferme, construction destinée à loger du bétail. Selon l’espèce, l’étable prend différents noms : écurie, bergerie, porcherie, poulailler. Pour les bovins, on pourrait dire bouverie, mais le terme est rarement usité. On dit plutôt étable.

établissement
- unité d’exploitation ; - ensemble des usines et ateliers d’une entreprise industrielle en un même endroit.

établissement industriel 
unité de production industrielle ou usine.

établissement public 
établissement dont l’Etat est propriétaire et dont la gestion est soumise aux règles du droit commercial avec une grande autonomie de gestion (en Belgique, par exemple bpost et la SNCB).

étage (nm)
- unité stratigraphique géologique caractérisée par un ensemble de caractères paléontologiques, lithologiques ou structuraux et comprise entre une division biostratigraphique de base et un système ;- ensemble des diverses pièces d’un immeuble occupant l’intervalle entre deux planchers au-dessus du rez-de-chaussée.

étage basal
étage de montagne à végétation à peine influencée par l’altitude et peu différente de celle des plaines voisines.

étage de végétation
ceinture de végétation généralement bien individualisée qui se différencie le long d’un versant montagneux en fonction de l’altitude.

étage subalpin
étage alpestre de végétation à forêts claires ou formations arborées de conifères associées à la lande.

étagement 
disposition en couches superposées, comme une succession de couches de terrain et une succession de couches climatiques et végétales sur un versant de montagne en fonction de l’altitude.

étain
métal blanc, dur et moins pesant que le plomb et ne s’oxydant pas à l’air.

étale (nm)
phase de stabilité du niveau de la mer entre le flux et le reflux (étale de basse mer, étale de jusant).

étalement urbain, extension urbaine 
processus d’urbanisation avec expansion des périphéries urbaines moins denses que ne l’est le centre auquel elles appartiennent.

étalon-or
régime monétaire dans lequel la monnaie basée sur l’or est interchangeable à tout moment.

étamage (nm)
action de déposer une couche d’étain sur les métaux ou les glaces afin de les préserver de l’oxydation.

étang
étendue d’eau stagnante, naturelle ou artificielle, de peu d’étendue.

état
situation globale des caractères géographiques et économiques essentiels comme la population, les productions et les échanges.

état civil
- état des personnes tel qu’il résulte notamment des divers événements démographiques les concernant ; - service public chargé de consigner dans les registres les événements démographiques concernant les personnes.

étatisation 
processus au cours duquel une entreprise privée devient une entreprise d’Etat.

été
saison chaude qui va du solstice de juin à l’équinoxe de septembre dans l’hémisphère Nord et du solstice de décembre à l’équinoxe de mars dans l’hémisphère Sud.

été indien 
période de journées chaudes et ensoleillées en automne.

étendue
dimension de quelque chose considérée dans l'espace qu'elle occupe.

éteule (nf)
chaume qui reste sur place après la moisson.

éthanol (bio- ou agro-)
produit énergétique obtenu à partir de matières premières végétales (betterave, canne à sucre ou céréales) mélangées à l’essence.

éthologie
étude scientifique du comportement des organismes vivants isolés ou groupés en communautés, à l’égard des conditions du milieu. Dans ce cas, le terme est synonyme d’écologie éthologique.

étiage
niveau de l’eau quand la rivière ou le fleuve a ses basses eaux.

étiage (échelle d’-)
voir échelle d’étiage.

étier
- canal principal conduisant l’eau de mer dans les marais salants, à marée haute, et servant également à évacuer les eaux de pluie à marée basse ; - sur les côtes de Bretagne méridionale, petit estuaire.

étiologie
étude des causes d’une maladie.

étoc
tête de rocher pointue qui apparaît à marée basse.

étoile
astre qui brille par sa lumière propre et qui paraît fixe sur la voûte céleste.

étoile filante
phénomène lumineux provoqué par le déplacement rapide d’un corpuscule solide, souvent de petites dimensions et porté à l’incandescence par le frottement dans les couches atmosphériques supérieures.

étoile géante
étoile possédant une grande luminosité et une faible densité.

étoile naine
étoile ayant à la fois un faible volume et une faible luminosité intrinsèque par opposition aux étoiles géantes.

étoile polaire
étoile brillante, la plus proche du pôle céleste boréal et faisant partie de la constellation de la petite Ourse.

étranger
personne qui, dans un pays, ne bénéficie pas du statut juridique de citoyen. Cette personne peut être citoyen d’un autre pays, celui d’origine, ou avoir perdu sa nationalité d’origine.

étude d'incidences
étude scientifique mettant en évidence les effets d'un projet sur l'environnement.

étude d’impact 
étude préalable à la réalisation d’aménagements afin d’en déterminer la pertinence durable.

évaluation environnementale, évaluation (d’incidences) sur l’environnement
- mise en œuvre des méthodes et des procédures permettant d'estimer les conséquences sur l'environnement d'une politique, d'un programme, d'un plan, d'un projet ou d'une réalisation. Par extension, le rapport qui en rend compte ; - avis émis sur l'étude d'impact sur l'environnement afin d'en vérifier la qualité et d'apprécier comment les incidences négatives sur l'environnement sont effectivement annulées, réduites ou compensées.

évapo-transpiration, évapotranspiration
ensemble des phénomènes d’évaporation de l’eau par les végétaux terrestres.

évaporation
transformation de l’eau en vapeur d’eau.

évidement
création d’une dépression à fond relativement plat par les agents d’érosion.

évolution 
changement positif (en augmentation) ou négatif (en baisse).
Découvrez un mot au hasard
OMS, Organisation mondiale de la santé
organisme spécialisé des Nations unies dans le domaine de la santé créé en 1948 et ayant comme objectif d’amener tous les pays au niveau de santé le plus élevé possible.
Plus de 7000 références. Un ouvrage réalisé par Emile Mérenne
maintenant disponible dans sa version réactualisée et complétée par Bernadette Mérenne-Schoumaker (2022)